La Lettre d'une Inconnue,

mais comment ne l'a-t-il pas reconnue ?!

Vienne. Albert Rank, écrivain célèbre, sort d'une séance de dédicace. De retour chez lui, il trouve dans son courrier la lettre d'une inconnue : une femme qui l'a aimé depuis son plus jeune âge d'un « amour éternel et muet », amour qu'elle n'avoue qu'au moment de sa mort prochaine, dans une longue missive passionnée…

Très longtemps on ne verra qu'une main fatiguée, on n'entendra que la voix d'Irène Jacob lire les pages de cette lettre. Après les premiers émois de Rose (c'est elle, l'Inconnue) enfant, nous la voyons, adulte (Irène Jacob), revenir à Vienne, dans l'espoir d'y revoir celui qu'elle avait aimé secrètement. Pourtant… elle avait tout imaginé sauf « Que tu pourrais ne pas me reconnaître ».

Le dernier opus de Christine Gouze-Rénal

Le film prévu initialement début 2002 sur France 3 a finalement été diffusé sur Festival en juin 2002, puis ensuite sur France 3, le 22 décembre 2003. Diffusion suivie d'un hommage à Christine Gouze-Rénal, disparue en octobre 2002, productrice du film, a propos de laquelle s'exprimaient J. Deray, J.Cl. Carrière, Ch. Thompson et Irène Jacob, qui retient : « Cet amour des projets qu'elle faisait, sa force, sa féminité, son esprit d'entreprise… son ouverture et puis sa marque sur les choses… »

Dans ce film, l'ultime de la productrice (150 films à son actif !), Jacques Deray et Jean-Claude Carrière ont évité le double piège du « sentimentalisme » et de la comparaison avec la version mythique d'Ophüls (à revoir absolument, par ailleurs).

Il y a quelques moments particuliers à retenir : la scène de danse un peu folle (on songe à Fugueuses, toutes proportions gardées) - et surtout, à la sortie de l'opéra, la manière dont l'inconnue affirme soudain son langage et son attitude pour provoquer une nouvelle rencontre (sans grand espoir) avec celui qui, elle le sait déjà, ne l'a toujours pas reconnue… et les calculs engendrés par l'amour qu'on imagine derrière ces regards et ces quelques mots prononcés sans trembler.
Dans ces deux séquences, Rose n'est plus la jeune amoureuse maladive, mais une femme qui se bat pour reconquérir ; encore solide malgré ces années de souffrance et de silence.
Et dire qu'elle ne lui en veut pas, qu'elle lui cache toujours son nom, dire qu'il ne la reconnaîtra que quand il sera trop tard .
Certains éclairages… des contre-jours aux halos un peu trop appuyés ne sont pas du plus bel efet. Ah, et puis, faire mourir Irène Jacob à la fin… pas comme cela, tout de même. Déjà dans Fugueuses, on la retrouvait noyée, très vite. L'inconnue n'avait qu'une vie. Et un seul amour.

[am, 06/02 - 10/12]

 



DR

 

La Lettre d'une inconnue (2001)
90 min - France
« Brief einer Unbekannten » / « Letter from an Unknown Woman »
Réalisateur : Jacques Deray.
Irène Jacob est l'Inconnue
(Rose, dans l'adaptation de Jean-Claude Carrière).

Avec aussi : Joachim Bissmeier, David Cameron, Karlheinz Hackl, Patricia Hirschbichler, Roland Jaeger, Nina Proll, Klaus Rott, Dagmar Schwarz, Christopher Thompson…