Tout va bien sur RFI

Irène (Jacob) et Benoît (Delbecq) racontent le spectacle

Irène Jacob, Jean-François Cadet et Benoît Delbecq / photo © Leslie Carretero pour RFI, merci.

27 mars 2013 : Irène Jacob et Benoît Delbecq étaient invités dans l'émission de RFI Vous m'en direz des nouvelles.

>
Ecouter l'émission Tout va bien en Amérique

Jean-François Cadet présente tout d'abord l'actrice française « discrète », qui « sait chanter, danser, et surtout donner de l'émotion » et Benoît Delbecq, metteur en scène avec David Lescot de Tout va bien en Amérique, puis : « Vous aviez déjà travaillé aux Bouffes du Nord en 2004 sur un autre spectacle,
Gros-Calin. C'est un peu la suite de l'aventure ? »
Irène Jacob raconte : ils se sont rencontrés, Benoît et elle, il y a vingt ans, quand ils étaient voisins, et ils ont montés ensemble plusieurs spectacles, avec l'envie de mixer théâtre, paroles et musique : « nous avons envie de cette rencontre-là : toi tu adores les mots et moi j'adore les notes ».
Benoît confirme : « Irène était à l'école de la rue Blanche et moi jeune musicien, elle habitait avec son frère musicien… [NDLR : avec qui elle a écrit récemment les musiques de IF] et le premier spectacle monté ensemble était Marelle de Cortazar qu'on a également repris aux Bouffes du Nord ensuite » Et c'est aujourd'hui Tout va bien en Amérique, avec le collectif Stratégies obliques…

[extrait musical : Irène chante Le Coton… ]

JFC. « Le titre c'est une anti-phrase ? »

BD. « Oui ! Mais comme dit Irène, il y a toujours quelque chose qui va bien ! »

IJ. « C'est Tout va bien Mademoiselle [sic] la marquise ! »

Quand Jean-François Cadet suggère qu'on évoquerait là l'hypocrisie en Amérique, peut-être depuis l'esclavage, Irène Jacob tempère : « les Américains et peut-être tout le monde ! Quand on questionne l'Histoire, on questionne ce qu'on en sait… »

Elle revient sur le texte introductif de Christophe Colomb [NDLR : voir notre fiche spectacle]. « Ce n'est pas seulement la mauvaise conscience du Blanc. Elle est partagée. »

BD. « C'est parti d'un livre assez peu connu en France, une Histoire du peuple américain de Howard Zinn qui s'attache à l'histoire des petites gens, les sans-grade, les anonymes… Des choses dont on n'a pas idée… » Une « émotion que j'ai essayé de transmettre avec toute cette équipe merveilleuse »

JFC. « C'est l'Histoire traitée à travers des petites histoires ? »

« Exactement » confirme Irène qui donne quelques exemples de tableau, avec Benoît à la rescousse.

[ extrait : l'histoire de Katherine Weldon racontée par Irène ]

JFC. « Un essai théâtral et musical, ça veut dire quoi ? »

BD. « C'est toujours difficile, quand on est à cheval entre disciplines de trouver une appellation qui satisfasse tout le monde. »

IJ. David Lescot a imaginé très vite la forme d'un cabaret de chroniques imaginaires de l'Amérique.

BD. « Très vite, on s'est aperçu que c'était important de respecter la chronologie. […] Parfois la musique est arrivée en répétition, en improvisation. Le collectif Stratégies obliques avec le guitariste Franco Mannara et le rappeur D' de Kabal, nous donne une expérience de l'improvisation. Le texte de Ku Klux Klan de D' a été écrit en répétition. David Lescot nous a amené un livre qui expliquait la doctrine du KKK et D' a vu rouge, s'est mis dans un coin du studio et a écrit peut-être en 40 minutes ce texte en demandant une rythmique. Mais finalement il est seul… »

Alain Martin rejoignait ensuite Irène Jacob pour évoquer à deux le réalisateur Kieslowski.

> Ecouter l'émission Tout va bien en Amérique  

ATTENTION : la pièce est maintenant en tournée…


La fin du spectacle (16 mars 2013) - © alain martin

> INFOS sur le site des BOUFFES DU NORD

Quelques liens (en anglais !) pour ne pas venir sans biscuits :
<http://en.wikipedia.org/wiki/McCabe_%26_Mrs._Miller>
<http://en.wikipedia.org/wiki/Catherine_Weldon>
et bien sûr
<http://fr.wikipedia.org/wiki/Christophe_Colomb>


Attention, r
attrapage (à défaut de pouvoir assister au spectacle) :
Tout va bien en Amérique diffusé sur FranceO le 17 mai à 03h05  et le vendredi 24 mai a 2h10!

Merci à Irène Jacob pour les informations et la générale,
et à Benoît Delbecq pour la fourniture du fond musical (© David Lescot - Benoit Delbecq - Franco Mannara - Steve Arguelles).


Ils en parlent

Quelques critiques en mars 2013 sur le spectacle :

Le blog du Monde voit là « une sorte de version vivante de l'art impressionniste » et pousse la comparaison jusqu'à voir « Benoît Delbecq (pour la musique) et David Lescot (pour le théâtre) » [peindre] « le ”Nouveau Monde” comme un vaste paysage insaisissable, dont les reflets changent selon le regard qu'on lui porte. » Dans le premier tableau [la lecture de la lettre de Christophe Colomb découvrant les Indiens], l'article nous décrit une « impressionnante Irène Jacob qui annonce d'emblée la couleur bigarrée du spectacle, lorsqu'elle déboule sur scène en courant, aussi essoufflée que débordante d'énergie. »

[theatre.blog.lemonde.fr, 25 mars 2013]

Froggydelight essaie de trouver une définition du spectacle : « un essai théâtral et musical de Benoît Delbecq et David Lescot. Ce n'est pas du théâtre chanté. Encore moins une comédie musicale […] une succession de saynètes mises en musiques qui racontent la face obscure de la construction des États-Unis », passe en revue la distribution : « La puissance de Mike Ladd  », « D' de Kabal, avec son physique imposant, peut être aussi brutal que fin », « Irène Jacob est une conteuse magnifique alliant force et émotion. ». Les musiciens et « la chanteuse gospel Ursuline Kairson, soutiennent l'ensemble du projet des ambiances musicales d'époque, rythmiques indiennes, gospel, jazz, scat, rock, rap... » Lumières, vidéos, mise en scène… tout plaît à Laurent Coudol qui conclut : « un théâtre innovant dans sa forme et original dans le positionnement de son propos. »

[www.froggydelight.com]

Culturopoing.com, comme les autres, est frappé par la forme et cherche à la cerner pour ses lecteurs, décrivant un « spectacle mêlant habilement théâtre, musique et vidéo, Tout va bien en Amérique s'appuie sur la dynamique créée par la collision de ces trois formes artistiques pour développer une réflexion sur l'hybride, tout autant du point de vue de la mise en scène que de celui de son objet : l'Amérique, multiculturelle et foisonnante. » Il retient l'utilisation du « jazz, genre populaire et protéiforme par excellence que le spectacle explore jusque dans ses genres voisins : gospel, slam, blues. » Et «  la sauce prend vraiment lorsque la vidéo s'écarte d'un traitement quoique très esthétique plutôt dénué de sens pour parvenir a la radicale simplicité des vidéos d'archives (rues de New-York, travaux forcés) »

[www.culturopoing.com, 22 mars 2013]

Chez Evene, Etienne Sorin « pouvait craindre un spectacle fusion kitsch » mais rassure le (futur) spectateur : «  Il n'en est rien. Benoît Delbecq (piano, composition) et David Lescot (mise en scène) donnent au contraire à leur “essai musical et théâtral” (non, ne partez pas en courant) une sacrée gueule. » Il apprécie l'introduction de la matière de deux films dans Tout va bien… le John Mc Cabe d'Altman et Le Parrain de Coppola. Il voit là un spectacle où « chacun tire son épingle du jeu sans tirer la couverture à soi. Un labo en forme d'oratorio qui mérite le détour. ».

[www.evene.fr, mars 2013]

Les Trois Coups titre… « Oncle Slam » et résume le spectacle : « […] Abolir les frontières : tel semble être le mot d'ordre des artistes, venus d'horizons très divers. Mélange des genres d'abord - théâtre et musique - […] Télescopage des styles musicaux ensuite, sans souci de chronologie. » Irène Jacob « s'impose avec aisance et naturel, et prête son beau timbre de voix à des textes écrits pour l'occasion par David Lescot, ainsi qu'à des poèmes de Walt Whitman et Charles Reznikoff. Elle démontre aussi au passage des talents de chanteuse. » Si Fabrice Chêne voit une ombre au tableau dans ce type de spectacle, « difficile d'éviter l'aspect patchwork », pour lui, côté musique, tout va bien : « L'oreille aux aguets, le spectateur attend la musique, et sur ce plan-là il n'est jamais déçu. »

[www.lestroiscoups.com]

 

Tout va bien en Amérique (2013)
Théâtre des Bouffes du Nord à Paris, du 19 mars au 06 avril 2013.
Puis en tournée les 8 et 9 avril 2013 à La Filature à Mulhouse, le 19 avril 2013 au Théâtre de Chelles, 27 et 28 novembre 2013 au Luxembourg.

Production : C.I.C.T. / Théâtre des Bouffes du Nord Coproduction : Les Théâtres de la Ville de Luxembourg, Théâtre de Chelles , le collectif Stratégies Obliques (en résidence au Théâtre de Chelles)

Conception : Benoît Delbecq et David Lescot
Direction Musicale : Benoît Delbecq
Mise en scène : David Lescot
Scénographie : Eric Vernhes
Lumières : Paul Beaureille
Costumes : Sylvette Dequest
Avec :
Steve Argüelles, batterie et électronique en temps réel
D' de Kabal, narration, chant, électronique, et personnages multiples
Benoît Delbecq, piano, claviers, électronique, chant, narration
Irène Jacob, narration, chant, clavier, et personnages multiples
Ursuline Kairson, chant gospel, narration
Mike Ladd, Slam, narration, claviers, électronique
Franco Mannara, guitares, électronique, chant, narration
Eric Vernhes, cinéaste électronique.


TEXTES ET MUSIQUES
La lettre sur la découverte du Nouveau Monde, texte de Christophe Colomb
Fathers', de Mike Ladd
Catherine Weldon et Sitting Bull, texte de David Lescot
John Mc Cabe, texte de David Lescot
There's a man going round, Spiritual
8 poèmes sur le chemin de fer, de Charles Reznikoff, extraits de
Témoignage (1885-1915), trad. Marc Cholodenko, éditions P.O.L
Le coton, Minstrel song
K, texte de D' de Kabal
Work song, texte de Mike Ladd
Soon I will be done, Spiritual
3 poèmes sur le chemin de fer, Charles Reznikoff, extraits de
Témoignage (1885-1915), trad. Marc Cholodenko, éditions P.O.L
Le roi des ordures, texte de David Lescot
Extrait de Sur les Rives de l'Ontario bleu, de Walt Whitman, Feuilles d'Herbe, trad. Jacques Darras, Poésie/Gallimard
Toutes les musiques originales du spectacle ont été écrites et créées par Benoît Delbecq, D' de Kabal, Franco Mannara, Mike Ladd et Steve Argüelles.